Accueil Je pense, je suis Un questionnement Itinéraire Idées forces Livres Articles Liens Contact

Livres: parutions 1980 - 2016

  • 2016 Manifeste interculturel : Editions Franciscaines, Paris.

2016 Manifeste interculturel

On peut se demander comment dans l’avenir nous pourrons vivre ensemble avec autant de cultures et de religions différentes, sur une planète qui ne cesse de se rétrécir. Affrontement ou alliance des affirmations culturelles ? Gageons sur l’alliance, sur le développement d’une résistance à toute aliénation et d’un vivre-ensemble enrichissant, loin des pessimismes passéistes identitaires qui parlent de chocs de civilisation. S’il y a un obstacle réel, il n’est pas dans la différence culturelle, dans la diversité qui rend laborieuse la communication entre les populations, mais dans les conceptions mêmes que les faiseurs d’opinion présentent comme b-a-ba de la culture, de l’identité et de la diversité. Ces conceptions sont souvent d’un autre temps et conduisent le vivre-ensemble dans des impasses mortifères, là où seule l’ouverture garantit désormais la vie et la solidarité.

Nos constats empiriques (chapitre 1) nous ont convaincus que toutes les demandes culturelles ne se valent pas. Faire le tri dans les affirmations culturelles suppose donc de faire en premier lieu le tri dans les conceptions que l’on peut avoir de la culture (chapitre 2). Ce tri nous fait découvrir l’existence pratique d’un courant que nous avons appelé l’interculturel (chapitre 3), dont les contours précis ne pourrons être dessinés qu’à la fin de l’ouvrage. Ce travail préparatoire nous conduit aux deux chapitres centraux. Le chapitre 4 présente une définition de la culture qui rompt radicalement avec la vulgate populaire et le chapitre 5 propose de remplacer la notion devenue abstraite de culture par celle, concrète, de sphères culturelles. L’Histoire nous apprend que cette approche, en apparence révolutionnaire, est somme toute moins iconoclaste que l’on pourrait penser à première vue. Les chapitres suivants tirent les conséquences de cette approche renouvelée sur des thèmes souvent évoqués simultanément : la différence culturelle (chapitre 6), l’identité (chapitre 7) et le vivre-ensemble (chapitre 8). L’ensemble de ces réflexions permet de mieux cerner la spécificité et la nouveauté de l’affirmation interculturelle (chapitre 9), pour conclure que l’inter est l’avenir de la culture !

Le livre est disponible à la Librairie des Editions Franciscaines et peut être commandé en ligne.

  • 2011 Penser et vivre l'interculturel, Chronique Sociale, Lyon.
Livre 2011 : Gilles VERBUNT : Penser et vivre l'interculturel

Quelle attitude adopter lorsque des différences culturelles risquent de compromettre le vivre-ensemble ?

Quel modèle privilégier : respecter intégralement la culture des autres ou les forcer à se franciser ?

Faut-il suivre le retour en arrière d'hommes politiques qui recommencent à parler de la nécessaire assimilation des migrants ?

Et si le dilemme était faux ? A l'écoute des pratiques sociales et culturelles, Gilles Verbunt constate que depuis longtemps, presque souterrainement, s'étend la réalité des pratiques interculturelles. Une perspective pleine de promesses destiné à donner une tournure constructive aux relations entre populations et personnes de cultures différentes.

Pour gagner en efficacité, mais aussi pour déminer un terrain occupé par des thèses insistant sur le choc des civilisations, le projet interculturel mérite à la fois de réfléchir les pratiques à la lumière de concepts renouvelés et les idées à partir de pratiques innovantes.

Cet ouvrage propose des repères, des supports de réflexion personnels et collectifs afin de permettre d'établir un avis raisonné sur cette question.



  • 2011 Manuel d'initiation à l'interculturel, Chronique Sociale, Lyon.
Livre 2011 : Gilles VERBUNT : Manuel d'initiation à l'interculturel

Les différences culturelles posent problème. Elles peuvent envenimer les relations entre les personnes et les populations. Certains prédisent que le choc des cultures conduira les peuples à des affrontements destructeurs. D'autres, au contraire, voient dans les différences culturelles un moment pour instaurer une dynamique relationnelle profitable à tous.

Cette voie constructive, celle de l'interculturel, a du mal à s'imposer dans un monde où la première réaction face à «l'autre» est de créer de la distance, de s'entourer de frontières étanches et de murs de plus en plus hauts. Les partisans de l'interculturel refusent ce procédé appauvrissant et mortifère et optent pour un monde de la rencontre et de l'échange.

Transformer un obstacle en enrichissement n'est pas facile. Pour le réussir la générosité ne suffit pas. Encore faut-il consentir à apprendre à surmonter les obstacles et à saisir, pour un enrichissement personnel et collectif, les chances qu'offre la confrontation avec «l'autre».

Ce manuel a pour objectif non de présenter une vérité interculturelle toute faite, mais de faire réfléchir à partir de questions pratiques, d'affirmations courantes et de citations d'auteurs.



  • 2006 La modernité interculturelle
  • Notes de lecture

Livre 2006 :  Gilles VERBUNT : La modernité interculturelle

2006 La modernité interculturelle. La voie de l'autonomie. L'Harmattan, Paris. 239 pages

La modernité interculturelle : la voie de l'autonomie est un ouvrage sur la conciliation possible du mouvement de mondialisation et du respect des cultures. Ce qui permet de les concilier est une valeur morale et politique, proposée par l'Occident : l'autonomie. Sa diffusion passe par un contact particulier entre les cultures : l'interculturel. Elle est créatrice d'un mode de vie : la modernité. Elle instaure le régime des libertés individuelles. Elle porte en elle une potentialité : l'universel.

L'ouvrage est lui-même un exercice interculturel pour le lecteur français. L'auteur, d'origine néerlandaise, n'avance pas dans sa réflexion de façon linéaire, mais en spirale. Les cinq chapitres sont comme les cinq mouvements d'un morceau de musique classique : c'est le même thème qui revient constamment, joué dans un mode différent.



  • 2006 Apprendre et enseigner le Français
  • Note de lecture 1
  • Note de lecture 2

Livre 2006 : Gilles VERBUNT : Apprendre et enseigner le Français

 

2006 Apprendre et enseigner le français en France. Une aventure commune.
L'Harmattan, Paris. 113 pages

Avec une préface de Christian Puren et une postface d'Anne Vicher.

A la conception traditionnelle de l'enseignement de la langue et de la culture françaises aux étrangers devant s'intégrer en France s'est désormais substituée celle d'un « échange équitable » entre apprenants et enseignant, dans laquelle la découverte interculturelle réciproque est à la fois l'objectif et le moyen de l'entraînement langagier.

Mais comment l'enseignant peut-il concrètement gérer des classes avec des élèves d'origines culturelles différentes, hommes et femmes, jeunes et vieux, migrants économiques et réfugiés ?

Il n'est pas possible, pour l'enseignant, avec des publics aussi hétérogènes, de ne pas prendre en compte la diversité de leurs appartenances, mais il lui est tout aussi impossible d'avoir toutes les connaissances qu'exigerait a priori un tel « échange équitable ».

L'auteur suppose la seule solution raisonnable, celle du mode de gestion a posteriori, qui implique pour l'enseignant d'acquérir le « réflexe interculturel ».

Les multiples exemples concrets qu'en présente l'auteur sur la base de sa longue expérience professionnelle font de cet ouvrage le premier véritable manuel de formation à l'enseignement-apprentissage du « français langue seconde en France ».



  • 2004 La question interculturelle dans le travail social
  • Notes de lecture 1
  • Notes de lecture 2
  • Notes de lecture 3

Livre 2004 : Gilles VERBUNT : La question interculturelle dans le travail social

2004 La question interculturelle dans le travail social. 224 pages

Perspectives et repères. Collection Alternatives Sociales. La Découverte, Paris.

Les travailleurs sociaux, dans l'exercice de leur profession, sont en permanence confrontés aux différences culturelles. Dans la relation d'aide, les objectifs qu'ils peuvent fixer, les moyens qu'ils mettent en œuvre, l'évaluation qu'ils font de leurs interventions sont en général — beaucoup plus qu'ils ne le pensent— marqués par leur propre culture. Il en va de même des usagers de leurs services. Mais également des institutions, dont la culture peut être en tension avec celle des agents présents sur le terrain. Les tiraillements sont donc nombreux et peuvent conduire à des situations embarrassantes, où l'improvisation et la confusion sont courantes.

Pour arriver, au bénéfice de tous, à une plus grande efficacité des interventions, il est utile de promouvoir un véritable dialogue interculturel. Celui-ci passe d'abord, pour le travailleur social, par un effort de connaissance de sa propre culture, puis par une démarche de compréhension des cultures auxquelles il est confronté.

Cet ouvrage, faisant l'objet d'une seconde édition, propose d'explorer les conditions d'établissement d'un tel dialogue, à travers l'analyse de situations et de questions souvent soulevées par les différences culturelles entre le professionnel d'un service social, son institution et ses interlocuteurs originaires d'autres sphères culturelles. Un essai qui offre des clés de compréhension essentielles aux travailleurs sociaux confrontés à des situations interculturelles et qui ouvre des perspectives professionnelles et humanistes.



  • 2001 La société interculturelle
  • Notes de lecture

Livre 2001 : Gilles VERBUNT : La société interculturelle. Vivre la diversité humaine

2001 La société interculturelle. Vivre la diversité humaine, Editions du Seuil, Paris. 281 pages

Edition : 2012 Traduit en coréen par HanUp Jang, Kyoyookkwahaksa, Séoul, 225 pages

La mondialisation signifie aussi rencontres et échanges généralisés entre cultures à un degré jamais atteint jusqu'à présent. L'interculturel est déjà un fait, qui ne fera que s'amplifier demain. Cet ouvrage est la fois une réflexion et un guide à propos d'un phénomène qui touche désormais la plupart des hommes sur la planète.

Une réflexion sur les notions de culture, d'identité, d'origine, de communauté, pour sortir d'une conception rigide et figée qui enferme les populations et empêche d'emprunter la voie normale de l'interculturalité.

Un guide pratique, foisonnant d'exemples, pour prendre conscience des points sensibles et des obstacles, comprendre les causes des difficultés interculturelles, fournir des outils de compréhension sur les différends et les malentendus à propos du corps, de la morale, des modes de pensée, des stéréotypes de toutes sortes et en tous domaines.

Hors de l'interculturel, point de salut ? En tout cas, ce livre est convaincant : pour les hommes du XXIe siècle, la société sera interculturelle, et il importe de prendre la mesure d'un tel changement.

Voir dans la rubrique Commentaires la recension de Nadia Alidra.
(Une critique a été faite par Sirma Bilge dans le Journal of International Migration and Integration, 4(1), pages 142-144.)



  • 1998 Les jeunes et l'autorité, Aspects culturels
  • Note le lecture

Livre Gilles VERBUNT : Les jeunes et l'autorité, Aspects culturels

1998 Les jeunes et l'autorité, Aspects culturels. Guide des intervenants. CNDP, Paris. 228 pages

L'autorité des adultes sur les jeunes n'est plus ce qu'elle était. Aujourd'hui, aucune figure de l'autorité n'est à l'abri de la contestation, ni de la part des jeunes, ni d'autres institutions qui se renvoient la balle. Dans les banlieues sensibles, les adultes paraissent parfois dépassés par les événements. Le choix n'est pas entre la démission, la fuite et la volonté de s'imposer malgré tout. Une troisième voie possible est la création d'un nouveau type de relations entre jeunes et adultes aussi bien au niveau de la société globale et de ses institutions que dans le quartier, à l'école ou dans les familles.

Pour réussir ce pari, trois conditions, parmi d'autres, doivent être remplies ; ce guide s'efforce de les mettre en lumière.

La première concerne la connaissance des publics. Qui sont ces jeunes que souvent les adultes redoutent ? Les connaître un peu mieux permet de mieux les comprendre.

La seconde concerne la connaissance de sa propre culture ; sans prise de conscience de la relativité de nombre de nos évidences, il n'y aura pas de communication avec ceux et celles qui ne partagent pas nos références ethnique, professionnelle, religieuse, de classe…

La troisième condition est la nécessité d'élucider le rapport que chacun entretient avec sa culture. Quelle place occupe la question des identités dans nos relations sociales ? La transmission et l'évolution de notre culture sont à ce prix.



  • 1996 Les obstacles culturels aux interventions sociales, Guide pour la réflexion et les pratiques. CNDP, Paris. 170 pages
Livre Gilles VERBUNT : les obstacles culturels aux apprentissages

Les différences culturelles compliquent la vie des intervenants sociaux, éducatifs et médicaux dans des familles « autres ». Prendre position est nécessaire, mais insuffisant : il y a des situations à gérer au jour le jour. Comment faire, en conciliant à la fois une perspective d'intégration à long terme, le respect de sa propre culture et celle des «autres» ? Quelle approche privilégier, juridique ou pédagogique, idéaliste ou pragmatique ?

Les obstacles culturels aux interventions sociales, comme l'ouvrage précédent Les obstacles culturels aux apprentissages, tente de donner aux intervenants des champs social, médical et éducatif les outils pour comprendre et analyser de nombreuses situations déroutantes, et par là faciliter le dialogue et trouver des solutions efficaces. Comprendre sans toujours justifier ; parler de cultures sans tomber dans des stéréotypes ; donner des outils théoriques dans cesser d'être pragmatique : voilà quelques paris que l'auteur a voulu tenir.



  • 1994 Les obstacles culturels aux apprentissages
  • Notes de lecture

livre de Gilles VERBUNT : Les obstacles culturels aux apprentissages

1994 Les obstacles culturels aux apprentissages, Guide des intervenants.CNDP, Paris.178 pages

Dans la formation des immigrés et des publics en difficulté d'insertion, les malentendus sont fréquents, même s'ils ne s'expriment pas toujours au grand jour. Il faut « favoriser l'autonomie de l'apprenant », « aider à formuler un projet personnel » dit-on, par exemple. Mais l'autonomie est-elle une valeur suprême dans toutes les cultures ? Que peut signifier un projet pour quelqu'un qui a grandi dans la précarité et l'obsession de la survie ?

Tous les acteurs sociaux constatent que ces publics manipulent d'autres catégories, d'autres schémas cognitifs et culturels que les leurs : perceptions différentes de l'espace, du temps, du corps, rapport différent à l'autorité, aux anciens, à l'argent, au savoir, conception différente de l'honneur, de la convivialité, de la politesse…

Ce guide, véritable vademecum des interférences culturelles, répertorie et analyse sous forme de fiches toutes ces petites et grandes différences qui font obstacle à la formation et à la communication



  • 1985 (Sous la direction de Gilles Verbunt), Diversité culturelle, société industrielle, Etat National. Editions L'Harmattan, Paris. 265 pages

Diversité culturelle, société industrielle, Etat National

L'interculturel est à la mode. Les Français découvrent l'existence de minorités culturelles chez eux et chez les immigrés. Les régionalistes et les immigrés découvrent leurs identités et revendiquent le droit d'être respectés dans leur différence. Les discours idéalistes foisonnent. Mais, concrètement, est-il possible de concilier cette reconnaissance des spécificités culturelles avec l'existence de modes de production et d'organisation de la société suscités par la nécessité d'une productivité suffisante, d'un consensus national, d'un souci d'égalité sociale ?

Une trentaine de chercheurs, venus d'une dizaine de pays, se sont réunis à Créteil pour mettre en lumière des aspects souvent ignorés de la question. Cet ouvrage reprend leurs interventions et leurs communications. Leur prise en considération permettra d'éviter des déboires et d'avancer plus sûrement vers la réalisation de la société interculturelle.



  • 1981 Avec F. Briot, Immigrés dans la crise, Editions Ouvrières, Paris. 188 pages

Immigré dans la crise

Quelle est la place des travailleurs immigrés dans la crise de l'emploi et du logement social, des institutions scolaires et militantes ? Plutôt que de partir d"utopies", les auteurs partent d'un projet de société en cours de réalisation : celui de nos gouvernants et des dirigeants des grandes entreprises depuis 1974.
Ce projet n'est jamais énoncé clairement : il faut le deviner à travers les restructurations des industries, le développement des différents statuts sur le marché de l'emploi, le durcissement de la législation, l'aggravation de la répression à travers les pratiques administratives et policières. Personne n'a le droit d'ignorer ce qui se trame ; chercher à comprendre est plus que jamais nécessaire ; comprendre cette politique de l'immigration, mais aussi ce que de nombreux immigrés et français font pour la faire échouer.
Cependant, un changement de dirigeants ne saurait suffire : des événements récents nous montrent la complexité des réponses aux problèmes posés et la nécessité des changements d'attitude de tous.
Les travailleurs immigrés sont à l'image du travailleur français de demain : dans l'immigration, comme sur un banc d'essai, des dirigeants économiques et politiques élaborent un nouveau "mode d'emploi de la main-d'oeuvre". La place aujourd'hui faite à l'immigré en France, n'annonce-t-elle pas celle réservée à de nombreux Français demain si nous ne réagissons pas tous ensemble ?



  • 1980 L'intégration par l'autonomie, CIEMI, Paris. 398 pages + annexes

Thése, L'intégration par l'autonomie

Les institutions françaises préoccupées par les problèmes posés par l'immigration sont-elles nécessairement paternalistes ou « colonisatrices » ? Les initiatives d'autonomie des travailleurs immigrés conduisent-elles nécessairement à la formation de « ghettos » ?

N'y a-t-il pas une troisième voie qui évite les pièges, d'un côté d'une assimilation qui détruit l'identité spécifique, et de l'autre le ghetto qui isole les populations immigrées et crée des tensions dans le tissu social français ?

L'ouvrage montre que ces dernières années une nouvelle forme d'intégration voit le jour dans la pratique sociale de plusieurs institutions françaises et de groupes immigrés organisés. C'est ce qu'on peut appeler « l'intégration par l'autonomie ».



  • 1977 Immigrés en France, en trois (petits) tomes : livre du stagiaire, livre du formateurs, 30 fiches de travail. Éditions ODIL, Paris.

Cité pour mémoire. Indisponible. Cet outil de formation servait pour sensibiliser sur les problèmes que rencontraient les immigrés à leur arrivée en France. Dépassé aujourd'hui.


Mentions légales